«Être un homme cela veut dire ne jamais être soi-même."

Witold Gombrowicz, dans la préface de La Pornographie




Mon travail est une une mise en œuvre et en espace de multiples matériaux
que je considère comme modestes et dont la surface me semble inscriptible.
Je les investis alors d’une force d’évolution et d’adaptation en utilisant
le potentiel d’éloquence de leurs surfaces.
Le geste principal de mon travail est le recouvrement, un geste qui pourrait
se rapprocher d’une attitude ornementale, ce qui me semble être un premier
niveau de langage.La surface recouverte, « ornée », fait perdre à l’objet recouvert
sa première identité et son unité. L’objet acquiert alors un autre statut; il n’est plus
assigné à une seule chose, mais il peut avoir plusieurs genres.

Ces différentes actions «en surface» me permettent de poser les pièces
en état de disponibilité : cela induit, non pas qu’on peut les manipuler forcément,
mais bien que les objets sont dans un état transitoire, qu’ils se montrent
d’une certaine façon, mais pas de façon certaine, qu’il y a en jeu d’autres possibles,
qui sont manifestes ou pas, mais qui sont contenus dans les objets.
Dans cet état transitoire, les pièces deviennent «actives et libres».

Surface et disponibilité sont, à mon sens, deux questions éminemment politique.
Il s’agit pour moi d’œuvrer à rebours de toute logique autoritaire, sans revendiquer d'expertise,
et d’accepter un principe d’incertitude comme un principe de réalité, loin d’une recherche
du sens ultime et profond des choses, par méfiance aussi à l’égard des idées unilatérales et définitives.